Selle Repente Prime 2.0

CYCLIST MAGAZINE. Et c’est véritablement une oeuvre d’art que proposent ces fabricants installés dans le Veneto (fief de l’industrie du cycle en Italie). Lancée en 2016 par un ancien de chez Selle Royal et animée par une équipe de passionnés pratiquant vélo route et VTT, Repente propose une dizaine de références à son catalogue (pour différentes pratiques, différents publics, sur des tarifs allant de 130 à 330 €). Nous avons pu tester le modèle Prime 2.0, une petite merveille de selle avec ses lignes épurées, son look sobre et intemporel, une finition lisse et un poids affolant : 170 petits grammes.

Le rail et l’assise sont travaillés en carbone (avec deux compositions/tissages distincts pour assurer leur fonction). Le rail lui-même propose une forme ovale bien spéciale. « Le rail d’une selle ne subit pas les mêmes pressions sur toute sa longueur, donc nous avons créé le système
Multi Rail Section pour répondre à ces différents besoins de pression et de torsion, rester souple ou rigide là où il faut », explique Eros Maccioni.Sur route, la Prime 2.0 est un produit qui ne déçoit pas. Un confort constant, un placement quasi naturel à sa surface et une assise solide (notamment grâce à la large ouverture évacuant les points de pression morphologiques). Les adeptes des becs courts seront peut-être un peu contrariés, mais pas de
quoi rejeter le produit pour autant ! Dernier point enfin qui a son importance et fait l’originalité des selles Repente, une trouvaille astucieuse et économique : le RLS, Repente Locking System.
En cas de problème avec l’assise (rayure, remplacement, etc.), un système de mise en place et de serrage à oeillet permet de séparer l’assise du rail en un clin d’oeil. « Les outils nécessaires pour effectuer l’opération ? Vos ongles ! », précise le constructeur. Repente (prononcez Repenté) accompagne déjà les pros de Caja Rural et de la Team Beltrami, entièrement satisfaits par la solidité des selles. À votre tour de vous laisser tenter !